Vaines déveines

VAINE lire

Même dans les régions particulièrement humides, une pluie de chien est un phénomène météorologique assez peu fréquent, hormis quand la chance s’y met, auquel cas on peut alors assister à ce spectacle magnifique d’une nuée de cabots jappant vivement dans les airs. Mais cela dit, sauf à …

…lancer son chien juste pour voir si ça fait joli, il faut quand même un sérieux coup de pot. Un chien compréhensif aussi…

Ficelle et Patachon discutent

 

Patachon : T’y crois à la chance toi ?

Ficelle : Comme quand on se cure le pif depuis des heures et toc, d’un coup on décroche une vraie météorite ?

P : Non, plutôt quand on rate son avion le midi par exemple, et qu’on apprend le soir qu’il s’est écrabouillé. Very big chance.

F : C’est sûr, vu ce qu’ils servent à manger.

P : Même à froid, tu tiens la forme.

F : Ecoute, moi je pourrais aussi bien te dire : rater un avion qui s’écrase, very big malchance. Bah oui, si on est traqué par la mafia bretonne, père d’un fils incarcéré pour trafic d‘organes en maison de retraite, d’une fille actrice porno dans le gothique lesbien à Kaboul, mari d’une femme qui collectionne les photos d’Adolf Hitler en barboteuse et que la veille on a été sauvagement attaqué par un écureuil venimeux dans la rue.

P : Manifestement il y a acharnement.

F : Peut-être. Mais tu comprends ce que je veux dire ? Ce que t’appelles la chance, moi je dis :

1/ C’est une question de point de vue.

2/ Ce ne sont que des probabilités. Rien que des probabilités. Tant d’avions au tapis chaque année, c’est tout.

P : Mouais. N’empêche que si t’embarques justement dans la probabilité qui vole comme un train de marchandises, t’as sûrement un vague sentiment d’infortune.

vaine déveine avion s'écrase

F : Mais non, au regard des probas, tu te trouves pas au bon endroit, rien de plus.

P : Quand même, si tu lis des biographies de célébrités, tu vois parfois des coups de chance dans leur trajectoire. Prends Schwarzenegger par exemple…

F : L’univers littéraire donc.

P : …eh ben si au lieu de gym il avait choisit capitaine de baleinier en Autriche, fatalement il ne serait pas devenu acteur en Amérique, gouverneur et propriétaire d’un Hummer hybride fonctionnant au plutonium zéro émission de CO2 et au pétrole bitumeux labellisé « commerce équitable ».

F : Oui, mais en terme de probas il aurait aussi bien pu devenir un brillant consultant en culottes tyroliennes thermoformées ou un riche fabricant de moquette en poils de Heidi teintés dans la masse…on peut pas savoir.

P : Bon admettons. Mais prends un jeu de hasard comme l’euromillion par exemple : Il paraît que tu as une chance sur plus de cent millions d’être celui qui touche le pactole. Quand c’est toi, t’aurais bien dans l’idée que la fée coup de bol a conspirée un tout petit peu.

F : Pas forcément. D’abord quand ça arrive, il y a des tas de gens que t’as pas vu depuis la bataille de Wagram qui te tombent sur le râble : « Avec ton capital, on va renflouer le Titanic et le transformer en bar à soupe trash pour séniors » ou « On va transformer le Mont-Saint-Michel en site fashion d’exploitation de gaz de schiste ».

Il y a aussi les filles et l’administration fiscale qui te reluquent sacrément. Et puis quand t’es riche, sur le plan des probas, tu deviens cynique, méprisant, radin et tu veux pas mourir parce que t’as peur d’être réincarné en cafard. Tu vois, toujours pareil : question de point-de-vue et de probabilités.

P : T’as peut-être raison finalement. Mais ça m’inquiète un peu cette idée luthérienne selon laquelle le monde serait divisé entre les élus et les damnés. Baraka, santé et impôt sur la fortune pour les uns, ruine, incontinence et livret A pour les autres.

F : Mais bien sûr que j’ai raison. D’abord Luther était interdit de casino et il se faisait dessus en avion. Et puis crois-moi, La bonne fortune comme la déveine, c’est aussi peu crédible qu’un clébard qui débaroule du ciel. Allez, te casse donc pas…

Fin de VAINE DEVEINE

Une réflexion au sujet de « Vaines déveines »

  1. Ping : Résolution de problème: le flinguer ou continuer à le creuser? | Ithaque Coaching

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *